Attention aux faux amis !

espace

Attention aux "faux amis" !

espace

Énergie propre, croissance verte,

développement durable, transition...

espace

Ces expressions à la mode sont pour le moins paradoxales.

espace

Énergie propre

 

C'est un non sens absolu... Aucune forme d'énergie n'est propre ! Il y a toujours de la pollution (lors de l'extraction + lors du transport) et des déchets à la fin.

Bon, pour le pétrole, le gaz et le charbon, inutile de vous faire un dessin.

Mais, les fameuses énergies "renouvelables" ne sont pas propres non plus puisque la production de panneaux photovoltaïques ou d'éoliennes requière l'utilisation de métaux rares. Or, l'exploitation de ces métaux (extraction, raffinage, transport, transformation, acheminement des produits finis) est très, très loin d'être propre. Sans parler du recyclage quasi nul (- de 1%) de ces métaux... Les appareils qui en utilisent, comme nos joujoux électroniques par exemple, finissent bien souvent dans des décharges à ciel ouvert au Ghana...

 

Croissance verte

La croissance est une arme de destruction massive pour la planète.

D'un côté, nous sur-exploitons les ressources renouvelables puisque la date du Jour du dépassement (le moment où nous avons utilisé la totalité des ressources que notre planète peut régénérer en un an) avance inexorablement dans le calendrier chaque année... et que nous consommons en moyenne à l'échelle mondiale 1,7 planètes. De l'autre, nous vidons nos sols des ressources non renouvelables de la Terre (énergies fossiles - pétrole, gaz, charbon - et métaux rares notamment) à une vitesse fulgurante. Le tout en émettant des quantités astronomiques de Gaz à Effet de Serre (et souvent en polluant également les sols et les cours d'eau) pour extraire ces ressources, les raffiner, les transformer, les acheminer...

Les ressources de la Terre sont donc finies et en voie d'épuisement avancé. Et leur exploitation gravement toxique pour l'environnement.

Comment une croissance pourrait-elle être "verte" ? Seule la décroissance l'est !

Plutôt que de créer des emplois pour adapter nos comportements à l'urgence écologique, nous ferions mieux de confier un travail, une mission, au plus grand nombre pour engager une décroissance choisie afin de préserver notre planète.

Développement durable

Même si les deux termes de cette expression semblent pour le moins antinomiques, surtout sur une planète aux ressources finies, il eut été envisageable dans les années 70 si l'humanité toute entière avait modifié radicalement son mode de vie et diminué drastiquement son train de vie pour les rendre compatibles avec la nature, abandonnant au passage ses délires de confort consuméro-matérialiste. Évidemment, il n'en fut rien !

Aujourd'hui, le développement n'est plus possible et sa durabilité encore moins puisque l'effondrement est en cours...

Je propose de remplacer "Développement durable" par "Frugalité durable" ou "Sobriété durable" !

Économie circulaire

 

Une économie fonctionnant en boucle et qui du coup ne créé aucun déchet, en voilà une idée lumineuse ! Oui, mais non. Car, pour mettre en place une telle dynamique censée être "vertueuse", une entreprise commence forcément par produire de nouveaux biens à partir de matières premières. Et même si ces biens s’inscrivent ensuite dans une logique de recyclage, encore faut-il que la totalité des biens produits soit récupérée. Sans oublier, que si certains matériaux sont recyclables, la plupart ne l’est pas à l’infini.

La vraie bonne idée, selon moi, serait de commencer par récupérer tous les déchets existants pour les recycler au maximum plutôt que de continuer de les détruire (industrie textile) ou de les envoyer par containers dans les pays du sud (plastique et électronique), en Afrique (Ghana) ou en Asie (Malaisie) où ils finissent dans d’immenses décharges à ciel ouvert, dangereusement manipulés par des enfants qui s’empoisonnent à essayer d’en extraire quelques métaux.

 

Transition

Transition ?

Écologique, sociale, démocratique, nombreux sont celles et ceux qui appellent de leurs vœux une véritable transition pour changer le Système. Mais… Pour exister, une transition doit forcément avoir un début. Or, nous devons nous résoudre à l’évidence, la transition écologique/énergétique/agricole n’a pas réellement débuté et ne débutera jamais. Pour être efficace, une transition nécessite du temps. Or, nous en manquons cruellement. Les décisions les plus importantes sont peu contraignantes et uniquement programmées à long terme avant d’être systématiquement reportées. Enfin, une transition est littéralement le passage d’un état à un autre. Or, les énergies renouvelables ne sont pas plus « propres » que les énergies fossiles. Même qualifiée de « verte » toute croissance reste par essence destructrice. Et la dernière période où l’on a créé des millions d’emplois, les Trente Glorieuses, nous avons formidablement accéléré l’épuisement des ressources, la destruction du vivant et le réchauffement climatique… Aucun développement ne sera jamais durable.

Aujourd'hui, il nous faut aller vite et changer radicalement à peu près tout. Je propose de remplacer cette expression par celle de "Rupture écologique" !

Neutralité carbone

Introduite pour la première fois dans un accord international en 2015 (Accord de Paris sur le climat), la neutralité carbone (ou zéro émission nette) est un état d'équilibre à atteindre, à l'intérieur d'un périmètre donné, entre les émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) d'origine humaine et leur retrait de l'atmosphère (émissions négatives) via les méthodes utilisées par l'homme pour restaurer, sauvegarder ou renforcer la capacité d'absorption des puits de carbone naturels (forêts, sols et océans) et les méthodes faisant appel à la technologie, appelées « technologies d'émissions négatives » (TEN).

Si vous vous demandiez pourquoi Total ou d’autres multinationales annoncent des grands projets de plantation d’arbres, vous avez la réponse.

 

Voilà encore un concept qui semble être aussi louable que vertueux et qui pourtant n’est ni plus ni moins qu’une formidable caution pour surtout ne rien changer et poursuivre tranquillement nos émissions de Gaz à Effet de Serre pourvu que l’on trouve comment les équilibrer ou pire… les compenser (même logique que le Droit à polluer). Certes, une telle neutralité devrait bien finir par déboucher sur une réduction inévitable des émissions de GES – alors qu’elles continuent année après année d’augmenter – mais c’est aussi un extraordinaire levier pour légitimer l’utilisation de technologies fort dangereuses comme celles de la Géoingénierie. Et comme d’habitude, l’ambition est à la hauteur de l’enjeu puisque la date retenue par le GIEC (Rapport 2018) pour atteindre cette fameuse neutralité carbone est… 2050, pour ne pas dépasser 1,5°C d’augmentation de la température moyenne mondiale en 2100, ou 2075 pour ne pas dépasser 2°C.

C’est tout de même incroyable ! Comme je l’ai déjà dit, si nous arrêtions toute émission de GES aujourd’hui même, le réchauffement climatique se poursuivrait encore pendant 30 ans. Avec la neutralité carbone, il ne s’agit pas d’arrêter nos émissions – impensable pour le Système actuel - mais de parvenir à les équilibrer/compenser. Donc, le réchauffement climatique qui est déjà d’1,1 à 1,2°C depuis l’ère pré-industrielle va poursuivre son ascension pendant au moins les 30 prochaines années et d’un coup de baguette magique s’arrêter à 1,5°C… Quelle bonne blague ! En fait, tous les spécialistes savent très bien que l’objectif de 1,5°C est intenable puisqu’il sera atteint bien avant 2050 et qu’il le serait de toute manière, même si nous arrêtions toute émission aujourd’hui. Quant aux 2°C, c’est déjà mort également. Non, neutralité carbone ou pas, la tendance est plutôt à une augmentation de 3°C à 5°C de la température moyenne mondiale en 2100. Mais, après cette date que nous nous sommes arbitrairement fixée, l’augmentation se poursuivra… Enfin, le GIEC n’évoque que la "neutralité carbone" relative au seul CO2 et non la plus pertinente "neutralité climatique" relative à l’ensemble des gaz contribuant au réchauffement climatique (CO2 + méthane, protoxyde d’azote, CFC…).

espace

Crédit photo : Star Wars

espace

Enrichissez vous aussi ce site

en recommandant une ressource utile.

Merci d'avance ! ;)

Contactez-moi

 

Jean-Christophe Anna

✆ +33 (0)6 42 21 30 19

@Jchristopheanna

jeanchristophe@effondrementetrenaissance.com